une « petite histoire »…

# La création de Santa Cecilia, notre première mise en scène avec la comédienne Linnett Hernández Valdés, a eu lieu le 18 mai 2012, à l’occasion d’une journée d’études avec l’écrivain cubain Abilio Estévez. Cet événement a été organisé par les chercheuses Audrey Aubou et Gersende Camenen, à l’Ecole Normale Supérieure-Ulm (ENS). IMG_2980 (2)Par la suite, le monologue a été représenté à plusieurs reprises avec un projet d’association provisoirement nommé Les Ateliers Magenta : en juin et novembre 2012, dans le cadre intimiste du « théâtre d’appartement » ; en mars 2013, à la Maison de l’Étudiant de l’Université de Caen, grâce à une invitation de la chercheuse Anouck Linck.

# Au moment où la projet Santa Cecilia est entamé, le théâtre en espagnol a une place considérable dans la vie étudiante de l’ENS. Entre mars et juillet 2012, sous la direction artistique de Salomé Roth, en collaboration avec Agnès Curel, un groupe d’étudiants s’implique dans la mise en scène de Ruandi (1977 ; 1981 pour la création), texte du Cubain Gerardo Fulleda León qui aborde le thème de l’esclavage et qui en principe s’adresse aux enfants. En juillet 2012, sous le nom de Miradas Cruzadas (Regards croisés), ce collectif donne à voir la pièce à Cuba, en présence de l’auteur. Quelques mois plus tard, Ruandi est représentée à Paris, au Centre Censier de l’Université Paris 3 (décembre 2012) et au Théâtre de l’ENS (février 2013).

IMG_2980 - copie

# Pour donner une continuité à ce type d’initiatives, Ivan Jimenez, alors lecteur d’espagnol de l’ENS, propose un atelier de théâtre en espagnol : entre décembre 2012 et avril 2013, dix étudiants de l’ENS et des Universités parisiennes [1], travaillent dans la mise en scène de L’homme inhabité/El hombre deshabitado (1931), de l’écrivain espagnol Rafael Alberti. La pièce est représentée les 25 et 26 avril 2013, à l’occasion de la journée de l’espagnol, dans un programme qui inclut également deux représentations de Santa Cecilia.

# C’est dans ces espaces d’échange et création qu’ont surgi les affinités qui permettraient la mise en scène des deux autres monologues des Cérémonies pour comédiens désespérés/Ceremonias para actores desesperados, le triptyque de Abilio Estévez: Le nain dans la bouteille (avril 2014), en collaboration avec Marie Astier, Leslie Cassagne et Agnès Curel ; et Freddie (avril 2015), en collaboration avec Jean Massé et Allan Périé.

IMG_2980 (2)# La « petite histoire » de notre projet a été possible grâce au soutien régulier du Département d’Histoire et Théorie des Arts (DHTA) de l’ENS, et grâce aux liens d’amitié. Nous remercions sincèrement ce Département, en particulier Gisèle Vivance et Christian Huet, régisseur du Théâtre de l’ENS, ainsi que les ami-e-s qui nous ont aidés d’une manière ou autre à poursuivre notre cheminement.

[1] Marie Astier, Riccardo Barontini, Leslie Cassagne, Cécile Chapon, Agnès Curel, Guillaume Fraux, François Maurisse, Margot Neyret, Mathilde Remignon et Salomé Roth.